logo meilleursreseaux.com
Recevez la liste des réseaux qui progressent le plus (1 email/mois) :   Inscription newsletter

Pas de risque d’uberisation pour le conseil en transaction immobilière

mardi 13 octobre 2015 à 16:45
Par Guilain Omont
Certains prédisent que l'uberisation des services liés à l'immobilier est proche. Après avoir assisté au 1er colloque Syrémi, mon opinion est que l'uberisation pourrait arriver pour les services liées à la location et la gestion, mais qu'elle n'arrivera pas pour le conseil en transaction immobilière. Le métier de conseiller immobilier a encore de beaux jours devant lui !

La semaine dernière, le Syrémi organisait son premier colloque. Les intervenants des tables rondes ont débattu sur les changements à venir dans la profession : est-ce que de grandes plates-formes Internet vont se mettre en place et bouleverser totalement le métier ? C’est ce qui est déjà arrivé dans beaucoup d’autres secteurs :

  • Airbnb pour la location de meublés,
  • Booking pour la réservation de chambres d’hôtels,
  • Drivy pour la location de voitures,
  • Amazon pour l’achat et la livraison de toutes sortes de produits,
  • BlaBlaCar pour les déplacements inter-urbains,
  • Uber pour les déplacements urbains...

En écoutant les intervenants, j’en suis venu à cette conclusion : dans l’immobilier, tout ce qui touche à la transaction immobilière va rester organisé autour d’un conseiller immobilier. Les nouveaux outils vont rendre ce conseiller de plus en plus efficace, mais ils ne pourront pas le remplacer. Par contre, les autres métiers (location ou gestion) vont disparaître ou être fondamentalement bouleversés. Bien sûr, les convictions que je développe dans cet article sont purement subjectives et ne reflètent pas forcément les avis des différents intervenants à ce colloque…

La transaction immobilière se démarque nettement des autres activites économiques : elle a un impact particulièrement élevé sur la vie des gens. C’est l’activité commerciale grand-public qui comporte les enjeux les plus forts et qui est la plus complexe (je mets de côté l’univers de la santé qui est un univers économique très à part). Rien à voir avec les 6 exemples cités ci-dessus ! On ne peut donc pas prédire ce qui va se passer autour de la transaction immobilière en regardant ces 6 exemples…

Même Patrick Jolly, cofondateur de PAP, semble de cet avis. Il était l’un des intervenants de la deuxième table ronde. Depuis longtemps, il admet volontiers sous forme de boutade que PAP n’aura plus de raison d’être le jour où les professionnels de la transaction immobilière assureront des services irréprochables à des prix compétitifs. Comme il le dit avec le sourire, on peut penser qu’il estime que ce n’est pas près d’arriver… Autre hypothèse : entouré de professionnels de l’immobilier, il joue la carte de l’humilité et de la diplomatie…

Quoiqu’il en soit, si l’on regarde de l’autre côté de l’Atlantique, aucune plate-forme Internet ne semble en mesure d’uberiser la transaction immobilière. Au contraire, aux États-Unis, presque toutes les transactions immobilières se font via des agents. Ils sont pourtant en avance sur les grandes innovations liées à Internet…

Du point de vue du mandataire, la première conclusion, c’est qu’il est cohérent de concentrer ses efforts sur la transaction immobilière. Les métiers liés à la location et la gestion risquent d’être bouleversés et il est donc particulièrement risqué d’investir dans ces domaines là.

La deuxième conclusion rejoint les réflexions d’Olivier Colcombet, DG d’Optimhone, également intervenant lors de la 2ème table ronde. Si le nombre d’intermédiaires humains diminuent dans l’ensemble du système économique B2C, et que les conseillers immobilier restent en place, alors ces conseillers seront de mieux en mieux placés pour étoffer leur offre de service : ils pourront élargir leurs conseils à des domaines concomitants (financement, déménagement, travaux, compréhension des budgets de copropriété, souscription d’abonnements eau/gaz/électricité/internet, etc.). Ces conseils pourraient être gratuits, et permettre de fidéliser les clients. On en arriverait alors à un système proche des États-Unis, où chaque personne a un conseiller immobilier attitré, qui le suit toute sa vie !

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Commenter

Prénom et nom :
Présentation brève : qui êtes-vous ?
Adresse email* :   (ne sera pas publiée - utile pour la newsletter et le suivi des commentaires)
Département de résidence :
Vous faites partie d'un réseau ?
Vous cherchez à faire partie d'un réseau ?  
Commentaire* :
Recevoir notre newsletter :
  (1 email par mois maximum, désinscription par simple clic)
Recevoir un email lorsque quelqu'un commente cette page :  
* indique un champ obligatoire